ÉcologieEn lutteUne

Création du groupe « Tour brûle déjà – Rouen »

🔴 COMPTE-RENDU
du Débat : Comment sortir de l’impuissance écologiste actuelle ?

Nous sommes vraiment contents du déroulement de cette soirée, du nombre de participants (entre 100 et 150 personnes) et de la qualité des échanges! Nous sommes désolés pour les petits problèmes logistiques (changement de salle et acoustique horrible).

Les organisateurs étaient venus avec la modeste ambition de clarifier leurs positions quant aux mouvements écologistes actuels et de certaines de ses limites :
– considérer la transition écologiste ou l’économie verte comme des solutions viables alors qu’elles prolongent les mêmes logiques d’exploitation qui ont causé le désastre. Non seulement elles sont des nouvelles sources de profit pour le capitalisme mais elles lui donnent une sorte de sursis pour continuer à tout ravager en se donnant bonne conscience
– considérer l’État et les politiques comme des interlocuteurs crédibles, les seuls à même de nous sauver de l’horreur dans laquelle ils nous ont mené
– considérer les petits gestes, le colibrisme, comme un geste politique fort et suffisant. La moralisation de notre consommation fait partie de la catastrophe et elle consiste à occulter la responsabilité première de la production.
– faire de la non-violence une pratique hégémonique voir un dogme, excluant toutes autres formes d’action possible.

Tout cela en précisant qu’il n’est pas question de rompre définitivement avec toutes ces pratiques : il est bien des luttes (comme à la ZAD de NDDL) où les recours juridiques ont été des stratagèmes pour gagner du temps et renforcer l’occupation de terrain, des pratiques de résistance passive se sont parfois couplées à des affrontements permettant à différentes personnes de se rapporter à une situation de confrontation avec les forces de l’ordre. On peut aussi être attachés à des « petits gestes » individuels pour des raisons politiques et éthiques etc. Mais il s’agit pour nous d’aller au-delà et de repenser les contours d’une conflictualité écologique qui nous sortiraient de l’impuissance.

Si nous ne pouvons pas parler au nom de toutes les personnes présentes (qui ne se sont pas toutes exprimées), ces analyses semblaient être partagées, ou du moins, elles attisaient l’envie de discuter et de se poser des questions ensemble. Une proposition a été faite d’organiser des soirées publiques avec des auteurs d’ouvrages, ou protagonistes de luttes écologistes et territoriales.

Certains, comme nous d’ailleurs, sont désireux que cela débouche sur des perspectives plus pratiques. Rejoignez le groupe et invitez vos amis présents à la discussion ou intéressés, dans l’attente des prochains rendez-vous (début décembre?).

Le groupe : https://www.facebook.com/groups/1007074596297343/?source_id=451802935356970

final

Fermer