AnalysecatastropheCoronavirusDans la rueEn lutteGilets jaunesHistoirelubrizolPolice/JusticeUne

D’une manière ou d’une autre, nous finirons tous masqués – De la nécessité de porter un masque par les temps qui viennent

😷 D’UNE FAÇON OU D’UNE AUTRE NOUS FINIRONS TOUS MASQUÉS – DE LA NÉCESSITÉ DE PORTER UN MASQUE PAR LES TEMPS QUI VIENNENT

91969751_722600288277232_1884222863087501312_o

Dans une opération de communication dont il a le secret, le gouvernement, par la bouche de sa porte-parole Sibeth Ndiaye, déclarait qu’il n’était pas nécessaire que tout le monde mette un masque pour lutter contre le virus. C’était un geste trop technique. Elle-même ne savait pas l’utiliser. Tout le monde aura compris qu’il s’agissait surtout de masquer la pénurie.

Peu importe. Nous sommes nombreux à ne pas avoir attendu l’État en la matière. Contre les gaz lacrymogènes, contre la pollution atmosphérique, contre les désastres industriels comme à Lubrizol, contre les incendies de forêt en Australie, contre le coronavirus enfin, le masque est devenu l’accessoire indispensable de notre époque. L’air y est littéralement irrespirable.

L’anonymat, lui, est devenu un vestige du passé. Nombreuses sont les caméras, du dispositif de sécurité au journaliste en passant par le live sur Facebook, qui sont prêtes à nous dénoncer. Nous savons aussi que la reconnaissance faciale nous attend au coin de la rue. En maintes occasions, nous n’avons pas d’autre choix que d’avancer masqués si nous voulons protéger notre identité du regard policier. Il a d’ailleurs fallu que le gouvernement en fasse un délit quand il était débordé par les gilets jaunes. Montrer sa gueule au pouvoir est devenu une obligation. Non respectée.

D’un côté donc il y a le geste technique, la recommandation officielle et l’interdiction. De l’autre, il y a un usage sauvage des masques de protection. Et d’une façon ou d’une autre, nous finirons tous masqués.

Contre les caméras, il est toujours possible de se bricoler une cagoule en urgence avec un T-shirt. Même les enfants s’amusent à en faire la démonstration sur Facebook. L’usage du boxer est tout aussi efficace. Pour les manifestations, les visites régulières de vos magasins de sport et de bricolage préférés, accompagnées de multiples ruses pour passer les barrages policiers permettent de tenir ensemble face à la volonté systématique qu’ils ont de nous faire pleurer et tousser. Un masque FFP2 facilement dissimulable et un cache-cou constituent déjà une protection efficace. Les plus chanceux arborent des masques à gaz à cartouches.

Contre le virus, les rayons sont vides. Adieu les FFP2. Si on avait su, nous aussi on aurait fait des réserves. Mais pour se protéger et surtout pour ne pas contaminer les autres, chacun bricole comme il peut : Echarpe, masque en tissu, masque en papier, ou visière plastique à faire soi-même. C’est mieux que rien. Déjà les tutoriels fleurissent sur la toile. A l’heure où même les hôpitaux invitent les soignants à faire sécher les masques, on n’a pas d’autres choix.

Nous sommes le parti de la débrouille et de la bricole. Et s’il y a bien quelque chose que nous devons retenir de la situation, c’est qu’il va falloir apprendre à nous débrouiller par nous-mêmes.

Quelques exemples en vidéo :
Tee-Shirt : https://www.youtube.com/watch?v=Xak5xbYn2vI

Boxer : https://www.facebook.com/masoud.zangeneh.35/videos/10163185735955483/

Masque chirurgical maison : shorturl.at/swCIX

Masque en tissu : https://www.youtube.com/watch?v=i1Fz1Idzspg

Visière plastique : https://www.facebook.com/antoine.prioux.5/videos/10222606036795027/

Masque à gaz bouteille plastique : https://www.youtube.com/watch?v=RTR9jJC8GeE&feature=emb_logo

Fermer