AnalyseEn luttePolice/JusticeUne

Grève de la faim en cours au centre de rétention administrative de Oissel

Le scandale sanitaire du point des vue des personnes étrangères enfermées dans des centres spéciaux

Depuis le dimanche 12 au soir, tous les prisonniers du centre de rétention de Oissel sont en grève de la faim : Ils exigent leur libération immédiate. Nous relayons ici deux témoignages. Le premier est celui d’un prisonnier qui a été transféré à la suite de la répression au CRA du Mesnil-Amelot. Dans le deuxième, un autre prisonnier raconte pourquoi ils se sont mis en grève de la faim.

Premier entretien :

« D’accord bon on est arrivé hier ici seulement. Nous on était à Mesnil-Amelot que vous connaissez bien. Ici pour le moment moi je connais pas grand chose, faut que j’appelle quelqu’un qui vous fasse le compte rendu à partir d’ici. Bon seulement nous on est venu on les a trouvés en grève de faim, beh nous aussi on continue avec eux. Sinon nous à Mesnil-Amelot on avait commencé ça, c’est pour ça qu’on nous a transféré ici.

Ca va le transfert a pas été trop violent ?
Oui ça été très très violent. Parce que nous on a réclamé notre droit à Mesnil-Amelot et ils ont refusé. Nous on a fait la même histoire à Mesnil-Amelot. Ils ont refusé. Parce que là-bas les toilettes et les douches étaient bouché complètement bouchées. On a pas de gel ou quoi.

C’est ici en arrivant que j’ai eu le gel. Parce qu’à Mesnil-Amelot on avait pas ça. On avait réclamé plusieurs fois et ils ont refusé. Déjà à Mesnil-Amelot y avait plus de cinquante personne ce qui est pas normal en ce moment avec tout ça.

Si tout le monde s’est révolté là bas c’est à cause d’un un SDF qui est rentré, il a fait une semaine et il est parti. Il avait la fièvre de 39 degrés. Directement ils ont décrété quelque chose, je sais pas quoi mais ils l’ont fait sortir directement.

Ca, ca a révolté le cœur de tout le monde. On a décidé maintenant de faire la grève de la faim. On a grevé deux jours. On était dehors, personne ne rentrait dans la cellule. Tout le monde était dehors dans la cour. Dans la nuit le directeur est venu parler avec nous pour trouver une solution. Le lendemain ils ont appelé trois patrouilles de CRS qui sont venu nous encercler ils ont bastonné les gens, et puis moi je fais partie des portes paroles avec d’autres personnes au nombre de 7. Ils nous ont mis les menottes, puis on nous a mis à l’isolement. Et vers 14h30 les escortes sont venues mettre les masques sur la bouche de certaines personnes. Ils ont mis les codes. Ils nous ont attaché comme des chiens pour nous faire rentrer dans la voiture.

Nous on est arrivé ici et les autres ils sont restés enfermé là-bas ».

Entretien avec le deuxième prisonnier sur les raisons de la grève de la faim :

“Ca va pas.. On a fait la grève de faim parce que ça va pas.

Toi t’es prisonnier à Oissel, vous êtes en grève de la faim depuis quand?
Ouais à Oissel ouai. Depuis hier, pour qu’ils nous libèrent tous. On est tous en grève de la faim. On est 13 personnes.. non 16 personnes.

Avec les arrivées de Mesnil ca fait 16 c’est ça ?
Ouais

Les flics ont réagit comment?
Ils ont dit “Vous mangez pas”. Mais ils ont rien dit, ils ont rien compris. Ils ont pas été violent. Pour l’instant on a pas de chef, on nous a pas parlé. Ce matin ils ont ouvert le patio comme par hasard. Ils ont dit celui qui veut sortir au patio il peut. Bah au bout de 10minutes ils ont fermés.

Le patio c’est la promenade? Celle qui est fermée d’habitude?
Ouai c’est la grande promenade. Ils l’ont ouvert aujourd’hui ouai.

Je me demandais à Oissel, y a plusieurs personnes qui étaient malade. Ca va mieux?
Ouai ca va mieux.. Mais on va continuer la grève de faim jusqu’au bout ils ont dit.”

Source : https://abaslescra.noblogs.org/des-revoltes-de-prisonniers…/

Fermer