Après 15 jours d’occupation, la menace de l’expulsion plane sur la Garenne. Le bâtiment, situé au 19 rue Hameau des Brouettes, est occupé depuis le 19 mai et héberge des dizines de familles d’exilés.

Par les actions de solidarité concrètes et les pratiques d’illégalité de masse telles que les occupations qui ont émergées dans différentes villes en France, un réel processus de destitution des politiques frontalières est à l’oeuvre.

Alors qu’une kermesse était organisée à la Garenne samedi 2 juin, militants, soutiens et migrants ont répondu à nos questions afin de faire lumière sur les enjeux actuels de la solidarité envers les exilés.