Non, la ZAD n’a pas été éradiquée. C’est effectivement un nouveau chapitre de la lutte qui s’ouvre, mais nombre de structures collectives, de liens, d’envies et de perspectives sont toujours vivaces, et sont en passe d’être pérennisés par l’Etat lui-même. Le Collectif de solidarité ZAD Rouen/NDDL reste vif et entend continuer ses activités sur place. Avec l’aide d’Alternatiba et d’Effet de Serre Toi-Même, ils lancent un appel à dons pour couvrir les frais engagés lors des phases d’expulsions ainsi que poursuivre les projets entamés sur place. Nous retranscrivons ici l’appel du collectif à rejoindre le chantier « château » amorcé depuis plus d’un an maintenant sur la ZAD et qui n’a, pour le moment, pas été sujet à une destruction.

Pour faire un don : https://www.leetchi.com/c/solidarite-rouen-nddl

4-768x576.jpg

Ici le communiqué du collectif qui appelle tous les soutiens à rejoindre la ZAD cet été, et plus précisément le chantier « château » :

Été 2017. Un chantier bat son plein tout près de la Hulotte.
Des pierres sortent petit à petit de terre. À la clé ? Une construction
pour « enraciner l’avenir » sur la ZAD, en dur.

Février 2018. Le gouvernement annonce l’abandon du projet. La fête est
folle. La tenacité de notre implantation a finalement eu raison de l’un
des plus gros projets d’aménagement des dernières décennies sur le
territoire français.

Printemps 2018. Les détonations retentissent. Comme prévu, « l’État de
droit » tente de revenir et de se frayer un chemin sur une zone qui
s’était passée de lui, effacé par la reprise en main collective d’un
territoire par ceux qui l’habitaient et par les milles complicités
explosives qui le traversaient. Après deux mois d’affrontements, de
blindés, de blessés, de conflits internes comme de résistance acharnée,
la ZAD n’en ressort pas indemne. Des destructions d’habitats aux doutes
quant aux perspectives d’avenir en commun, le mouvement d’occupation en
ressort affaibli.

Pour autant, la ZAD comme symbole, la ZAD comme précédent historique
pour les luttes à venir, la ZAD comme expérimentation collective unique
par son ampleur, la ZAD comme base arrière des foyers de résistance ( la
liste pourrait être encore longue…) n’est pas morte. C’est ainsi que
nous restons attacher à ce qui s’y joue et que nous continuerons à faire
perdurer les liens qui nous y unissent.

Été 2018. Reprise du chantier « château ».
La situation d’incertitude actuelle sur l’avenir de la zone nous pousse
d’un côté à revoir à la baisse les plans initiaux de notre construction
en dur, et de l’autre, continuer à faire perdurer notre attachement à la
ZAD et aux hypothèses à long terme qui la font tenir.

Pour le « château », nous nous limiterons donc à une construction dont
seuls les soubassements seront en pierre. Le reste sera en bois. Le toit
en tuile est quant à lui maintenu.

Nous préparerons le chantier la semaine du 9 au 13 juillet.
Nous finaliserons la maçonnerie de pierres et commencerons la structure
en bois du 1er au 27 août.

Tout coup de main est bienvenu.

https://zaddarouen.noblogs.org/post/2018/07/13/reprise-du-chantier-2018/