catastropheCoronavirusDans la rueEn lutteSocialUne

Le CHU de Rouen appelle à l’aide – Le gouvernement débordé de toute part

🏥 LE CHU DE ROUEN APPELLE À L’AIDE – LE GOUVERNEMENT DÉBORDÉ DE TOUTE PART

Pénuries de masques, de tests, de gel désinfectant, de lits et de respirateurs ; plaintes en série déposés par des soignants contre le gouvernement ; communication hallucinante. On ne compte plus les preuves. C’est un fait : le gouvernement est débordé sur le plan sanitaire. Il ne lui reste plus que le plan sécuritaire où il fait régner le confinement avec la brutalité qu’on lui connait, surtout dans les quartiers populaires.
Dernière illustration en date, le centre hospitalier de Rouen (CHU) lance un appel à l’aide sur son site internet sous forme de dons. Dons alimentaires mais aussi « don de consommables d’hygiène et de protections : les masques, les gels hydro-alcooliques, les surblouses/casaques, les lunettes ».

« Vous souhaitez proposer votre aide dans un domaine particulier ou faire un don ?
Néanmoins toutes les actions ne sont pas envisageables compte-tenu des contraintes d’hygiène et de sécurité des biens et personnes qui travaillent au CHU.
En tant qu’institution hospitalière, nous sommes tenus à respecter certaines règles strictes édictées par la loi.
Nous vous invitons à remplir le formulaire ci-dessous et nous prendrons contact avec vous au plus vite pour vous indiquer la faisabilité de votre proposition.
», peut-on lire sur leur communiqué en version intégrale ici : https://www.chu-rouen.fr/vous-souhaitez-nous-aider/

De son côté, le gouvernement tente comme il peut de faire vivre l’unité nationale, renommée martialement « union sacrée » pour l’occasion. Mais celle-ci s’effrite de partout. Dernière trouvaille, « la mobilisation générale des solidarités » pour continuer la métaphore guerrière, et la constitution « d’une réserve civique » : https://covid19.reserve-civique.gouv.fr/

Alors que des gestes de solidarité se développent un peu partout à distance de l’Etat, alors que chacun essaye de s’organiser sans lui tant il a montré son inutilité en la matière, le gouvernement tente de nous faire croire qu’il a la main sur la situation.

Combien vont-ils être à tomber dans le panneau ?

Fermer