ÉcologieUne

Vers un scandale d’État : une décision du préfet pourrait être à l’origine de l’incendie à Lubrizol

Alors que le préfet s’enfonce chaque jour davantage dans sa gestion calamiteuse de la crise, le journal en ligne Actu.environnement.com (https://www.actu-environnement.com/ae/news/lubrizol-rouen-stockage-produits-dangereux-autorisation-prefet-evaluation-environnementale-etude-dangers-34125.php4?xtor=AL-62) révèle aujourd’hui un élément explosif qui permet de mieux cerner les responsabilités. Le préfet avait autorisé en début d’année l’augmentation des capacités de stockage de produits dangereux dans l’usine Lubrizol à la suite d’un assouplissement de la réglementation décidée par le gouvernement en 2018.

En clair, alors que l’usine vient de connaître le plus grave accident de son histoire et que la santé de dizaines de milliers de personnes est en jeu, on apprend que cette même usine a augmenté ses capacités de stockage de produits dangereux en début d’année. C’est donc directement la responsabilité du préfet, et derrière lui celle du gouvernement, qui est mise en cause par ces révélations :
« En juin 2018, le gouvernement a publié un décret qui réduit le périmètre des projets soumis à évaluation environnementale. Parmi les installations concernées figurent les installations Seveso, qui constituent les installations les plus dangereuses au sein de l’Union européenne, du fait de la quantité de produits dangereux qu’elles mettent en œuvre. Malgré cela, l’exécutif a décidé de soustraire les modifications de ces établissements à une évaluation environnementale systématique pour les soumettre à une procédure d’examen au cas par cas. »
La nouveauté qui résulte de cet assouplissement, c’est qu’il n’est plus nécessaire d’obtenir l’accord de l’autorité environnementale indépendante si une usine classée Seveso désire augmenter ses capacités de stockage. La compétence relève dorénavant du préfet. Deux demandes ont été présentées par Lubrizol en janvier et en juin 2019. Deux fois le préfet a donné son accord et a jugé qu’il n’était pas nécessaire de faire une évaluation environnementale :
«L’établissement Lubrizol de Rouen a bénéficié de ces assouplissements. L’exploitant a présenté deux demandes successives d’augmentation des quantités de substances dangereuses le 15 janvier et le 19 juin 2019. Conformément à la loi Essoc, c’est donc le préfet qui s’est prononcé sur les demandes et non l’autorité environnementale indépendante. Dans les deux cas, il a considéré qu’il n’y avait pas lieu à évaluation environnementale ».

Derrière la catastrophe écologique se profile donc un véritable scandale d’État.

Alors que tout le monde se demande comment il est possible de laisser des usines si dangereuses à proximité des centres-villes, on apprend en fait que les autorités autorisent ces mêmes usines à accroître leur capacité de stockage. C’est bien le même ennemi auquel nous avons à faire face. D’une part une industrie polluante et destructrice prête à tout pour accroître ses bénéfices, et de l’autre un gouvernement qui assouplit et simplifie les réglementations qui encadrent l’activité des entreprises pouvant présenter des risques.
À ce niveau-là, ça n’est plus seulement de vérité dont nous avons besoin.
On comprend mieux alors la manière si singulière que le préfet a de gérer cette crise.
La reprise des cours prévue ce matin tourne à la cacophonie la plus totale : absentéisme, droit de retrait des professeurs et fermeture de certains établissements.
« Alors que tous les établissements scolaires fermés depuis l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen ont rouvert ce lundi matin, des enseignants ont décidé de faire jouer leur droit de retrait. Ils estiment que la situation actuelle présente « un danger grave et imminent pour eux et les élèves. »
Après les pompiers, c’est au tour des policiers d’être inquiets sur leur sort. Plusieurs sont en arrêt maladie.
« Un pompier de Rouen, qui affirme porter la parole de dizaines de ses collègues, a affirmé auprès de France 3 qu’ils avaient été pris de plusieurs symptômes après leur intervention sur l’incendie de l’usine Lubrizol. Ils souffriraient de « maux de gorge », de « diarrhées », « nausées », « vomissements » ou auraient « la langue qui pique ». « Je pense que si la protection avait été efficace, on n’aurait pas eu autant de conséquences sur la santé », a témoigné le pompier, qui a préféré rester anonyme ».
« Plusieurs policiers affectés à la brigade de nuit et à la compagnie départementale d’intervention de Rouen, primo‐intervenants sur l’incendie dès 2h30 du matin, sont actuellement en arrêt maladie pour des nausées, vomissements et vertiges. Deux d’entre eux sont actuellement en traitement jusqu’au 8 octobre ».
Enfin, un chimiste de renom critique à son tour la pertinence des analyses utilisées par le gouvernement.
Le professeur André Picot est toxico-chimiste, ancien directeur de l’unité prévention en risques chimiques au CNRS, pour lui, « Les analyses livrées par la préfecture sont hors de propos. Ce qui est recherché par exemple, ce sont des produits classiques comme le dioxyde d’azote qu’émettent les moteurs diesel. Donc vous ne risquez pas de trouver des taux dans l’air différent de la normale. Il faudrait savoir exactement ce qui a brûlé au sein de l’entreprise. Le directeur du site Lubrizol doit forcément savoir ce qui se trouve dans les stocks. À partir de ce moment, vous savez quoi chercher. J’imagine – ce n’est qu’une hypothèse qui demande à être confirmée, car nous n’en avons pas la preuve – qu’il puisse y avoir la présence d’organophosphorés [agents neurotoxiques NDLR]. Ceux-ci se retrouvent dans les lubrifiants à haute performance. »
Bref la catastrophe suit son cours mais elle n’est plus seulement industrielle et écologique.
Fermer