Photos, récit et prise de son de la tournée Rouen dans la rue #GiletsJaunes en Italie.

« Autonomie organisée »

Mi-novembre Rouen dans la rue publiait ses premiers articles sur les gilets jaunes. Un réseau italien qui appartient à ce qu’on appelle là-bas l’autonomie organisée prenait alors contact avec nous. Ils étaient intéressés par notre position qui tranchait alors avec la méfiance voire l’hositilité de certains milieux de gauche et/ou radicaux à l’égard des gilets jaunes durant la période pré-17 novembre. Ils réalisèrent avec nous une première interview sur le mouvement des gilets jaunes afin d’éclairer les italiens intéressés par la situation en France.

Par la suite, nous avons répondu positivement à l’invitation du site d’informations  infoaut. Cette plateforme est reliée à différents collectifs installés dans des dizaines de villes d’Italie se réclamant de « l’autonomie contre-pouvoir ». En somme, ce sont des collectifs issus de la période de l’autonomie ouvrière des années 70 en Italie, qui tentent à l’heure actuelle de prolonger des pratiques politiques d’insubordinations collectives : occupations de facs, auto-réduction de loyers dans des quartiers populaires, participation aux luttes salariales, étudiantes et envrionnementales contre la restructuration capitaliste, et ce, indépendamment de toutes organisations politiques et syndicales. Un pavé entier serait nécessaire pour décrire les subtilités de ces groupes révolutionnaires que nous serions bien incapables de retranscrire ici (nous réfléchissons à un article sur ce sujet).

Des points de comparaison avec les Forconi

Nos amis italiens désiraient nous inviter à partager notre expérience du mouvement. Indépendamment de la curiosité à l’égard de la période quasi-insurrectionnelle que nous avons traversé, ils étaient aussi animés par la volonté de comparer les gilets jaunes à un mouvement aux traits similaires qu’ils ont traversé en décembre 2013 : celui des Forconi. Ils ont pour l’occasion traduit un texte d’analyse destiné à ceux désireux de comprendre ce qu’il s’est joué dans ce mouvement bien moins intense que celui des gilets jaunes mais non moins révélateur des transformations politiques de notre époque : FRAGMENTS DE FUTUR_1

Pise, Bologne, Turin

Notre tournée se concentrait sur trois villes : Pise, Bologne et Turin. Chaque fois, notre intervention se déroulait dans d’énormes lieux occupés et réunissaient bien souvent plus d’une cinquantaine de personnes, autant militants que lambdas, parfois munis de gilets jaunes.

Nous nous sommes attachés à leur retranscrire la manière dont nous avons été bouleversé par ce mouvement, dont nous nous y sommes rapportés, comment nous avons sincèrement cru à une possibilité révolutionnaire durant la séquence fin novembre/début décembre, comment le mouvement s’organise, quelles sont ses forces, ses faiblesses, nos questionnements à son égard, etc. Précisons tout de même que nous ne représentions personne d’autre que nous même et le média Rouen dans la rue, et qu’en aucun cas nous nous sommes présentés comme des portes-paroles.

Nous leur avons inévitablement servi les meilleurs extraits vidéos du mouvement, du péage de Narbonne à l’intrusion dans l’Arc de Triomphe, en passant par les moments de fête sur les ronds-points occupés. Toute l’Italie semblait connaitre Christophe Dettinger et nous ne doutons pas que son portait recouvrira bientôt les murs des salles de sport populaires.

De vieux militants issus « des années de plomb » étaient présents. Ils ont été les protagonistes de la période insurrectionnelle la plus folle en Europe de ces 50 dernières années et remercient tous les gilets jaunes pour leur courage et leur détermination, leur rappelant leur propre expérience.

Merci aux organisateurs de la tournée !

Voici le reportage audio de la tournée (par Webradio Crochet) :