168e J GJ RPDV cabane-9251 copie

On a fêté récemment les 6 mois du mouvement des gilet jaune. 6 mois que partout en France des gens se sont levés pour tenir tête à Macron et à son monde. Répression, arrestations, mutilations, interdictions de manifester et de se rassembler, tout a été fait pour écraser cette révolte. Il faut bien le reconnaître, si le nombre commence à manquer la légitimité et la justesse sont toujours là. Mais comme le disent des amis ça n’est pas que le mouvement s’essouffle, c’est que le gouvernement l’asphyxie.

Mais en de nombreux endroits les gilets jaunes tiennent bon. Certains reprennent leur rond-point. D’autres trouvent des parades. Comme au rond-point des vaches où depuis plus d’un mois des gilets jaunes ont commencé par construire une cabane à plus de 300 m du rond-point pour ne pas tomber sous le coup de l’arrêté préfectoral. Depuis c’est un véritable petit village qui se construit avec ses tours de garde et son enceinte. Les cabanes se multiplient. Un tipi est même apparu. Les tentes fleurissent. Nombreux sont ceux qui restent sur place jour et nuit. Une balançoire et un toboggan ont été montées pour les enfants qui sont nombreux à jouer sur place. Une chèvre, Pistile, et trois poules qui donnent régulièrement des œufs ont depuis rejoint la troupe. Un potager a été planté et un mémorial en l’honneur de nos morts et de nos blessés a été dressé.

La solidarité et la fraternité déjà rencontrées sur les ronds-points continue leur bonhomme de chemin. Et on s’organise pour manger, cuisiner, construire, planter, nettoyer, ravitailler, veiller et fêter aussi. Il y a déjà des toilettes sèches et une douche. Bientôt l’eau chaude et certains se mettent à rêver d’éolienne. C’est un peu un nouveau monde qui se construit. Et nombreux sont ceux qui évoquent la ZAD en parlant de Notre-Dame des palettes. Si ce gouvernement ne s’était pas méthodiquement attaqué à tous les gilet jaune qui occupaient des ronds-points il y a fort à parier que de tels villages se compteraient aujourd’hui par centaines.

À l’heure où les élections approchent, si le désir de vouloir mettre une pilule à Macron est légitime, il peut être bon de rappeler que fondamentalement nous ne gagnerons rien avec ces élections, comme sans doute avec toutes les élections. C’est un triste sort que de devoir choisir démocratiquement ses maîtres. Beaucoup se demandent comment faire durer la magie des gilets jaunes. Certains gilets jaunes parlent de créer des associations, d’autres parlent de révolution par les urnes et pensent déjà aux prochaines élections nationales comme les présidentielles.

Notre-Dame des palettes trace peut-être un autre chemin. Comme les gilets jaunes de Donges qui se lancent dans un jardin potager collectif. Et si au lieu d’attendre et de formuler des exigences à ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ou qui nous gouverneront demain, on commençait déjà à prendre nos vie en main. Et si les gilets jaunes continuaient de faire vivre les mondes qu’ils désirent ici et  maintenant ?

Mais que se passe-t-il à Notre-Dame des vaches ?
Contre Macron et son monde, ZAD partout ?