Programme

 

Prochains évènements

22 mai

18h

Invitation de Claire Richard
Présentation et discussion autour de son livre Young Lords : Histoire des Blacks Panthers latinos paru en 2018

Lieu : La Conjuration des Fourneaux

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

Extrait
Août 1969 : la canicule règne en maître sur les rues d’El Barrio, quartier portoricain de New-York socialement sinistré. Les poubelles pourrissent dans les rues ? La mairie s’en tape. Une poignée de jeunes militants, balais en main et bérets sur la tête, se retroussent alors les manches, incitant les habitants à reprendre en main leur quartier. Les Young Lords sont nés. Pendant quelques années, ces black Panthers latino vont multiplier les actions communautaires, mêlant radicalité politique et pragmatisme social, lutte contre la tuberculose et émeute, occupations d’églises et appels aux armes.

 

Évènements passés

1 mai10h30

Manifestation du 1er mai Cours Clémenceau

14h

Assemblée de lutte

19h30Concert

Gogo Juice (Garage-Rock – Rouen) /// Tape Worms (3 pièces rock band – lille) /// Malpractice (Dr Feelgood Tribute)

DJ Set Barbara Henri & Sebastien Erik Klein

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

2 mai

18h

Projection de court-métrages sur bobines consacrés à Mai 68

20h30Concert

Marc Morvan /// On lâche les chiens

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

3 mai

15h

Atelier-discussion

De mai 68 à mai 2018, agitation et dépolitisation sur la fac : que nous reste-t-il ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

18h

Nouvelles de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes

4 mai

15h

Invitation du CAUN

Le mai 68 nantais – étudiants, ouvriers et paysans vers la commune par le CAUN (Comité Autonome Universitaire  Nantais)

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

En bref
Des grèves insurectionnelles de 1955 aux affrontements devant le rectorat en 1967, l’agitation révolutionnaire qui s’empare de Nantes n’est que l’aboutissement d’un long processus. Point culminant de ce processus : un incendie de la préfecture et la désertion de la ville par les forces de l’ordre. Plus de flicailles ni de préfet, place à l’auto-gestion. Les comité de grêves composés de paysans et de travailleurs vont prendre en main l’approvisionnement de la ville mais aussi la gestion populaire des caisses de la sécu et des allocs. On connait désormais cet épisode sous le nom de Commune de Nantes. 50 ans plus tard, des gestes, des chants, des pratiques perdurent encore à Nantes. Le Comité Autonome Univesitaire Nantais (CAUN) s’inscrit dans cette filiation et est au coeur de l’agitation à Nantes, sur le campus comme en centre-ville. Sur l’invitation de Rouen Dans La Rue, ils viennent nous raconter le Mai 68 nantais.

18h

Invitation de François Cusset

Présentation et discussion autour de son livre Le déchaînement du monde – Logique nouvelle de la violence paru en 2018

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

Extrait
Plutôt qu’enrayée, la violence a été prohibée, d’un côté, pour  » pacifier  » policièrement les sociétés, et systématisée de l’autre, à même nos subjectivités et nos institutions : par la logique comptable, sa dynamique sacrificielle, par la guerre normalisée, la rivalité générale et, de plus en plus, les nouvelles images. Si bien qu’on est à la fois hypersensibles à la violence interpersonnelle et indifférents à la violence de masse.

21hConcert

TECHNOPOLIS #2

avec Régalec /// TURBO$QUAD /// Machinage /// Maurice

31395021_2037351473252981_171392109015441049_n

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

5 mai

21hConcert

We Hate You Please Die (Rock Garage Youpi) /// Near Death Experience (Psychédélique/Grunge – Rouen) /// Trits

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

17h30

Atelier création de pavé – Tirage et moulage en plâtre coloré (collection 2018)

Installation artistique Un pavé dans la marre

11 mai

18h00

Présentation de la revue Liaisons n°1

Extrait
Le collectif éditorial de Liaisons a vocation à rassembler témoignages et analyses des luttes menées aux quatre coins du monde. Devant leurs populismes respectifs, des collectifs politiques actifs sur quatre continents font part de leurs expériences et de leurs stratégies de résistance locale à la déferlante populiste mondiale.

21hConcert

Mauvais geste (Le Havre) /// Estafette (Amiens) /// Satellite (Lille)

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

12 mai

10h – 18h

Atelier sérigraphie – Terminal 37 au 37 boulevard des Belges.

21hConcert

Me & The Will To Die (Depressive Suicidal Trap – Rouen) /// Opal Sword (Goth’n’b – Rouen) /// Open Mic

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’évènement Facebook !

13 mai

10h – 18h

Atelier sérigraphie- Terminal 37 au 37 boulevard des Belges.

14 mai

18h

Présentation/disucssion sur Les ateliers populaires de sérigraphie en mai 68

A la Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint Hilaire, Rouen.

21hConcert

Badbad (Paris) /// Biscuit Mouth (Derby, UK) /// ZOH/astre (Dream Experimental Psychedelic)

19 mai

21hConcert

Politburo (Punk/Synth-punk) /// Dj Set Sebastien Erik Klein

 

Appel

De toute évidence, plusieurs mai 68 ont eu lieu. D’abord, celui qui sera « commémoré ». L’histoire des vainqueurs, des institutions, du pouvoir. Pour résumer : Cohn-Bendit. Il y a celui des aigris de la lutte et donneurs de leçons aussi. Celui qui enferme dans un immobilisme à durée indéterminée, dans l’attente d’être de nouveau « des millions ». Dans les deux cas, il s’agit en fait de neutraliser et de mettre à distance ce qui a pu se jouer de politique lors de l’une des années les plus subversives. Ce qui s’est vécu sur les occupations de facs et d’usines, durant les temps libérés par la grève, à travers l’imagination des ateliers populaires ou au cœur de la réorganisation des villes par les comités de grève, tout cela existe encore comme un réservoir de possibilités à réactiver. Et ce que l’on a tendance à oublier, parfois trop facilement, c’est que si une telle situation a eu lieu, que des liaisons effectives voire explosives entre ouvriers et étudiants ont été si fertiles, c’est qu’elles ont été provoquées. Ces rencontres étaient (déjà à l’époque) des débordements hors des cadres institués de la lutte. Quand les cadres de la CGT ont appris qu’un cortège étudiant rouennais rejoignait Renault Cléon, ils ont fermé les grilles. Mais la base a fait pression, et l’appareil a cédé.

Les modalités du pouvoir ont changé depuis 50 ans, et les luttes s’y sont adaptées. Aujourd’hui, des gens se soucient de l’hébergement des migrants et des dispositifs juridiques déployés contre eux. D’autres se soucient de la condition des travailleurs et s’organisent avec ou sans syndicats, certains tentent un front social. Des passionnés de musique persistent dans leur manière de faire la fête ou d’organiser des concerts, parfois hors ou à l’encontre des politiques culturelles de la ville. Certains ont déjà pris acte du désastre écologique, et sèment des plantes dans les trottoirs ou partent s’installer sur des zones à défendre. Des étudiants prennent le temps de lire, de débattre et de confronter leurs idées, malgré la sélection. Des salariés dénoncent une organisation du travail brutale et déshumanisante, on leur rétorque désormais que l’emploi et la stabilité économique serait un avantage. D’autres tentent ici et là de survivre loin du salariat, par défaut ou par choix. Mais le constat est le même : nous sommes tous usés par la précarité.

La liste des manières de lutter contre une certaine marche du monde pourrait être bien plus longue. Mais le plus flagrant reste peut être l’absence de ponts et de circulation entre ces différents « fronts », qui pourraient permettre justement de sortir de nos ghettos respectifs et de nos allures de « jusqu’aux boutistes ». Pour autant, il faut que chacun continue à faire ce qui a du sens pour lui. Il n’y a pas à faire masse, à se fondre dans un tout, ou encore à partager un programme. Mais il s’agit plutôt de partir de nos manières de lutter respectives. Chacun à notre manière, nous nous sommes logés dans des interstices, mais ceux-ci doivent communiquer entre eux, se prendre en compte, et pourquoi pas, réussir à penser ensemble le front dans lequel nous devons nous engager.

Ce qu’il nous faut, c’est une transversale : ne pas écraser la diversité des perspectives et des combats, ne pas aplanir les reliefs. Provoquons des opportunités de faire des choses ensemble. La composition passe par l’organisation.

Retrouvons nous à la manifestation du 1er Mai. Un nouvel espace en surgira, pour une durée d’un mois. Un mois pour prendre le temps, le suspendre, comme il y a 50 ans. Entre discussions, banquets, rencontres, concerts, présentations de livres, assemblées de lutte… Nous surgirons ensemble dans ce qui pourrait bien devenir notre maison de lutte, le quartier général de la grève, et donc de la fête.